top of page
Rechercher

Tu connais le syndrome de l'imposteur ?




Vous en avez peut-être déjà entendu parlé mais êtes-vous, ou un l’un de vos proches, concerné

par ce syndrome ?

Découvert en 1978 par deux psychologues, Pauline Clance et Susanne Imes, le syndrome de

l'imposteur se manifeste par l'impression de ne jamais être à la hauteur et de ne pas se sentir

légitime et peut provoquer de l'anxiété voire même une dépression à terme.

Il vous fait douter de vos propres capacités et vous fait croire que vos réalisations sont le fruit de

la chance, du hasard ou tout autre facteurs externes et non de vos compétences.

Cette impression d’imposture n’a pas de genre, d’âge ou même de classe sociale puisqu’aussi

bien les hommes que les femmes peuvent être touchés et à tout âge.


Notons tout de même que 70% de la population sera touchée à un moment donné de sa vie

par un "syndrome de l'imposteur" passager, pas de panique donc.

Cela peut devenir problématique lorsque le syndrome de l’imposteur s’installe dans la durée au

point de vivre constamment avec et d’empêcher la personne d’évoluer dans sa vie.


Les symptômes du syndrome de l’imposteur

Concrètement, « l’imposteur » à l’impression de tromper son monde et à peur que son entourage

s’aperçoivent qu’il n’est pas « assez » (Assez fort, assez intelligent, assez doué, assez légitime,

assez drôle ...)

Voici les principaux symptômes de la manifestation du syndrome de l’imposteur :

• Vous vous sentez mal quand on vous fait des compliments

• Vous pensez que si vous réussi c'est un coup de chance ou grâce à quelqu’un d’autre

• Vous avez peur qu'on découvre que vous n’êtes pas si compétent

• Vous avez peur du jugement et d'être évalué par exemple à l’école ou au travail

• Vous ne vous sentez à votre place

• Vous avez des pensées négatives et de l'anxiété

• Vous vous auto-saboter inconsciemment


Mais alors comment faire pour s’en débarrasser ?

1) Prendre conscience qu'on souffre du syndrome de l’imposteur

Notons tout de même que 70% de la population sera touchée à un moment donné de sa vie

par un "syndrome de l'imposteur" passager, pas de panique donc.

Cela peut devenir problématique lorsque le syndrome de l’imposteur s’installe dans la durée au

point de vivre constamment avec et d’empêcher la personne d’évoluer dans sa vie.


➞ Comme pour tout, le reconnaitre c’est le premier pas pour avancer. Le syndrome de

l’imposteur peut se manifester dans la sphère professionnel mais aussi personnel.


2) Noter ses réussites même les plus petites

➞ Ritualiser ce moment, tous les soirs avant de dormir notez sur un carnet toutes vos réussites

de la journée, même les plus petites. Aucune excuse n’est acceptée, notez minimum 3 réussites

par jours.


3) Changer votre discours intérieur

➞ Soyez plus indulgent avec vous même, portez plus attention à vos pensées pour les modifier et

les adoucir quand vous vous rendez-vous compte que vous êtes dur(e) avec vous même.

4) Arrêter de vous comparer aux autres et accepter que chacun ait ses forces et ses faiblesses

➞ La comparaison est souvent néfaste et amène la dévalorisation alors concentrez-vous sur vous

: valoriser vos forces tout en étant conscient de vos faiblesses sans chercher à savoir ce qu’il en

est des autres.


5) Se faire aider par un(e) professionnel(le) si ça devient handicapant

➞ Et oui, on ne le répètera jamais assez, n’ayez pas peur de vous faire aider. Au contraire, c’est

tout à votre honneur de passer le cap et cela ne vous sera que bénéfique !

La sophrologie pour se débarrasser du syndrome de l’imposteur


Dans le cadre d’un suivi adapté, la sophrologie peut vous aider à sortir des pensées

dévalorisantes et faire disparaître les doutes quant à votre légitimité et vos capacités. Il est donc

possible de reprendre confiance en vous pour vous sentir légitime dans vos actes que ce soit

dans votre vie familiale, personnelle ou encore professionnelle pour retrouver un certain bien-être

au quotidien.


Marie ROUX - Sophrologue

コメント


bottom of page